Violences urbaines en France: 17e nuit d'affrontements

PARIS - Les violences urbaines se sont poursuivis en France pour la 17e nuit consécutive. Paris, placée sous haute surveillance, est restée calme, alors que la province a vécu une nuit agitée. Au total, 374 véhicules ont été incendiés et 212 personnes arrêtées. A titre de comparaison, le chiffre des véhicules brûlés avait été de 502 et celui des interpellations de 206 la nuit précédente. Deux policiers ont été blessés, dont l'un a été hospitalisé après avoir été atteint par une boule de pétanque en Seine-Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris. A Lyon, où des échauffourées entre groupes de jeunes et policiers avaient éclaté dans l'après-midi, pour la première fois dans un centre-ville, des dizaines de véhicules ont été incendiés dans l'agglomération. Carpentras a été le théâtre de nombreux incidents, a relevé la police, avec notamment une maternelle incendiée et une attaque à la voiture-bélier contre une école. La veille, dans la même ville, la mosquée avait été la cible d'engins incendiaires qui n'avaient fait que de légers dégâts. A Strasbourg, douze véhicules ont été incendiés et trois autres à Haguenau et Sélestat, sur une cinquantaine de voitures brûlées dans la région Alsace-Lorraine. Deux véhicules ont été enflammés à Nancy, ainsi qu'un bus près d'une caserne de CRS. Aucune violence n'a été signalée à Paris même. La capitale avait été placée sous haute surveillance, la police voulant éviter une éventuelle "descente" des jeunes banlieusards sur la ville. La préfecture y avait interdit entre samedi 10h00 et dimanche 08h00 "toute réunion de personnes de nature à provoquer ou entretenir le désordre sur la voie et dans les lieux publics". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.