Accident de train à Thoune: les freins avaient été vérifiés

THOUNE - Les deux mécaniciens du train de chantier fou avaient effectué un test des freins avant l'accident le 17 mai à Thoune, affirme l'enquête. Aucune des trois victimes n'était en outre sous l'influence de l'alcool et les heures de travail ont été respectées.Il s'agit de résultats intermédiaires "qui n'autorisent aucune conclusion", a déclaré la juge d'instruction en charge du dossier. Les investigations vont durer "un certain temps encore", a-t-elle ajouté.L'analyse des transmissions laisse en effet entendre que les deux mécaniciens du BLS ont parlé des essais de freins et qu'ils les ont confirmés. Un des mécanicien a également expliqué à un machiniste resté à Frutigen que les freins allaient fonctionner et qu'ils pouvaient circuler.Peu après avoir quitté Frutigen, alors que le convoi arrivait à Reichenbach, un mécanicien "très agité" a annoncé aux responsables du trafic à Spiez que les freins ne répondaient pas. Il a ensuite demandé à pouvoir continuer à rouler tout droit, selon la juge d'instruction.Le train a alors été dirigé vers Spiez. Les responsables du trafic ont vainement tenté d'arrêter le convoi en le faisant passer à un feu rouge afin de déclencher automatiquement un freinage d'urgence. Comme le système de freinage du convoi ne fonctionnait pas, par conséquent le frein d'urgence non plus.Quant au frein électrique du tracteur, il est efficace jusqu'à 60 km/h. Au-delà de cette vitesse, un convoi de 300 tonnes ne peut plus être freiné, surtout dans une pente de 13 à 15 pour mille comme c'est le cas entre Frutigen et Gwatt, a indiqué Mathias Tromp, directeur du BLS.Un mécanicien a aussi essayé d'enclencher le frein d'urgence, ce qui a automatiquement déclenché le frein électrique. Ce dernier ne peut pas être réenclenché si la vitesse est supérieure à 40 km/h, ce qui était le cas pour le convoi fou.L'accident, qui a coûté la vie à trois personnes, s'est produit le 17 mai à 03h20 à Thoune. Le train a dévalé le trajet entre Frutigen et Thoune à une vitesse entre 90 et plus de 100 km/h. Il percuté deux wagons de matériel, puis un autre train de chantier, avant de s'arrêter. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.