Asile et étrangers: le Parti socialiste recommande un double non

DELéMONT - Le Parti socialiste a dit un non unanime aux révisions de la loi sur l'asile et celle sur les étrangers soumises en votation le 24 septembre. Il a qualifié ces projets à la fois d'inhumains, d'arbitraires et de trop restrictifs.Réunis à Delémont en assemblée générale, les délégués du PS ont rejeté la révision de la loi sur l'asile et la nouvelle loi sur les étrangers sans opposition. Les délégués ont ainsi suivi sans surprise les propositions du comité directeur.Pour le PS, les points les plus "choquants" du texte sur l'asile sont la possibilité de ne plus entrer en matière sur une demande si le requérant n'est pas en mesure de présenter une pièce d'identité, la suppression de l'aide sociale pour les demandeurs déboutés ainsi que l'introduction de la contrainte jusqu'à 18 mois.La révision de la loi sur l'asile va également transférer les coûts et les problèmes aux cantons et aux communes, ont dénoncé les délégués. "La rigueur de la loi sur l'asile pourrait malgré les exceptions prévues, conduire au renvois de vrais réfugiés", a relevé la conseillère fédéral Micheline Calmy-Rey.Quant à la nouvelle loi sur les étrangers, elle va instaurer une inégalité de traitement entre immigrés suivant leur pays d'origine. Ceux qui ne proviennent pas de pays membres de l'Union européenne seront pénalisés lors du regroupement familial ou pour obtenir un permis d'établissement, a relevé le PS.Cette loi instaure aussi une sévérité disproportionnée en permettant de garder en détention pendant deux ans des personnes qui n'ont pas commis de délit et sont dans l'impossibilité de quitter la Suisse, a estimé le PS. Ceux deux nouvelles lois ont été attaquées par des référendums lancés par la gauche. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.