Asile: la guerre des chiffres a commencé

BERNE - La guerre des chiffres a commencé entre l'UDC et le comité bourgeois contre la loi sur l'asile. A un peu plus d'un mois du scrutin, la tension est montée d'un cran et chacun interprète les statistiques à sa manière.Le conseiller national Claude Ruey (PLS/VD) accuse l'UDC de "mentir et de manipuler les chiffres". Il l'a fait dans une lettre ouverte, intitulée "L'arithmétique à Bonzon ou comment l'UDC abuse les citoyens".Il l'a adressée en début de semaine aux 250 membres du comité bourgeois. Celui-ci rassemble des personnalités politiques comme François Couchepin, ancien chancelier de la Confédération, ou Markus Rauh, ancien président de Swisscom.Une affirmation de l'UDC a mis le feu aux poudres. "Sur les 10'000 nouvelles demandes d'asile déposées en Suisse, plus de 75% sont abusives", a affirmé l'Union démocratique du centre, par la bouche de la conseillère d'Etat zurichoise Rita Fuhrer, le 26 juillet dernier à Berne lors d'une conférence de presse.Il est exact, selon l'Office fédéral des migrations (ODM), que 10 061 demandes d'asile ont été déposées en 2005. En revanche, "il est totalement faux", selon M. Ruey, "de dire que 75% au moins des demandes sont abusives". En 2005, plus de la moitié (53,9%) des demandes ont obtenu une admission provisoire ou la protection statutaire des réfugiés.De plus, entre janvier et juin 2006, ce sont près de 70% des demandes d'asile traitées qui ont fait l'objet soit d'une reconnaissance de la qualité de réfugiés, soit de l'admission provisoire. "Il s'agit donc de la proportion inverse à celle annoncée par l'UDC", poursuit M. Ruey dans sa lettre d'information.Dans une interview accordée à "L'Hebdo", l'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss, qui préside un comité d'opposants, évoque quant à elle un taux de 50% de gens admis provisoirement ou définitivement. Et d'accuser Christoph Blocher de lancer parfois "des chiffres qui ne sont pas très précis".Porte-parole de l'ODM, Brigitte Hauser met les points sur les "i": sur le long terme le taux de requérants mis au bénéfice d'une admission provisoire ou du statut de réfugié est d'environ un tiers. "Il est difficile d'extrapoler sur le court terme", précise Mme Hauser: les statistiques de fin 2005 et début 2006 ont notamment été influencées par le gel des renvois des requérants d'asile irakiens et un assouplissement vis-à-vis des Tibétain. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.