Assemblée des délégués de l'UDC: "Oui mais" à la voie bilatérale

SUHR AG - Une semaine après le PS, l'UDC a adopté à Suhr sa plate-forme sur la politique européenne de la Suisse. Le nouveau document rejette l'adhésion à l'Union européenne et pose des conditions à la poursuite de la voie bilatérale. Les délégués ont approuvé à l'unanimité le document stratégique en onze points intitulé "La chance de la Suisse: la force par l'indépendance". Ils ont ainsi dit non à l'adhésion à l'UE et demandé le retrait de la demande d'adhésion, mais ils ont aussi refusé tout nouvel accord bilatéral empiétant sur la souveraineté de la Suisse. Les délégués ont chargé leur parti "de préparer un référendum ou une initiative populaire" si tel devait être le cas. Dans le même ordre d'idée, ils ont rejeté la proposition de conclure un "accord-cadre" avec l'UE, "un lien institutionnel censé déboucher sur l'adhésion". Autre épine dans le pied de l'UDC, la contribution de cohésion d'un milliard de francs que la Confédération s'est engagée à verser à l'UE. Il faut non seulement empêcher tout nouveau versement, mais aussi refuser ce premier geste, ont décidé les délégués sur une proposition du conseiller national Ulrich Schlüer (ZH) et contre l'avis du comité directeur. En approuvant la nouvelle plate-forme, ils ont également exigé que la Suisse n'aligne "pas systématiquement" son droit sur les normes européennes et ne focalise pas non plus sa politique économique sur "le marché fermé de l'UE", mais l'oriente davantage vers d'autres Etats et continents". Finalement, le Conseil fédéral doit garantir la sécurité du pays "de manière autonome" et tenir les promesses qu'il a faites avant la votation sur l'extension de la libre circulation des personnes concernant le chômage, l'immigration, la criminalité et les assurances sociales. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.