Assemblée UDC: Maurer démolit la gauche qui "menace l'Etat social"

BERNE - Devant les délégués de l'UDC réunis à Stans, le président du parti Ueli Maurer a démoli la politique des socialistes, les accusant de "mettre en péril l'Etat social". La quasi intégralité de son discours d'ouverture s'est focalisée sur la gauche.Mais M. Maurer a tout d'abord fustigé les gouvernements alémaniques qui limitent depuis vendredi la vitesse à 80 km/h sur leurs routes, à cause des particules fines. De nombreux délégués étaient en retard vraisemblablement pour cette raison, a-t-il estimé. Ces derniers doivent adopter un document stratégique sur Swisscom et élire leur comité central pour 2006-2008, avec notamment le poste du vice-président romand à renouveler, après la démission de Jean Fattebert.Ueli Maurer a ouvert son offensive anti-gauche avec le conseiller national vaudois Josef Zisyadis, qui "s'est pointé à Obwald dans le même esprit que les baillis d'autrefois qui ne toléraient pas la voix du peuple". "Si ce clown politique cherchait davantage qu'une publicité bon marché, il aurait commencé par mettre de l'ordre dans son propre canton", a ajouté Ueli Maurer.La deuxième cible du conseiller national zurichois a été le président du Parti socialiste, Hans-Jürg Fehr, qui "n'a pas eu le courage de combattre publiquement un système fiscal analogue dans son canton (Schaffhouse)". Aujourd'hui, "très loin du front", il mène une campagne révèlant une conception de la démocratie "qui remonte au Moyen Age, lorsque les sujets s'aplatissaient devant l'autorité".Le président de l'UDC est ensuite parti à l'assaut de "l'appareil de redistribution socialiste", déclaré "social" mais en fait "anti-social", aux yeux de M. Maurer. Car il "accorde des prestations à ceux qui n'en ont pas besoin et impose des charges fiscales inutiles aux autres".Résultat: "ceux qui possèdent déjà beaucoup reçoivent encore plus". "Enlevez leurs arrosoirs aux socialistes", a lancé M. Maurer après un long réquisitoire s'étendant aux "girouettes centristes".Le président de l'UDC a demandé de "revenir au principe de l'effort et de la performance". Il a appelé à se souvenir de "notre héritage libéral": le goût du travail bien fait, la propreté, la ponctualité, la responsabilité individuelle, la protection de la propriété privée, la concurrence, l'indépendance de l'Etat et la neutralité. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.