Brevets: les bourgeois ne veulent pas d'une interdiction générale

BERNE - Des éléments du corps humain sont brevetables à certaines conditions. Pour ne pas entraver la recherche, la majorité bourgeoise du Conseil national a refusé l'interdiction réclamée par la gauche dans le cadre de la révision de la loi sur les brevets.Personne n'a contesté que le corps humain en tant que tel, y compris l'embryon, ne peut pas être breveté. Mais les esprits divergeaient s'agissant des éléments du corps et des séquences dérivées d'un gène (humain, végétal ou animal) préparés techniquement.Le brevetage doit être autorisé à ce niveau si les conditions "strictes" posées par la loi sont respectées, ont fait valoir le PRD, le PDC et l'UDC. A l'instar du ministre de la justice Christoph Blocher, ils ont souligné l'importance de protéger les inventions pour que l'économie accepte d'investir des millions dans la recherche médicale notamment. La dignité humaine n'est pas remise en cause, selon eux.En plus de ses réserves éthiques quant à la "marchandisation de la vie", le camp rose-vert a tenté de faire valoir que ces éléments ne sont pas des inventions mais des découvertes qui appartiennent à tous. Celles-ci ne doivent donc pas faire l'objet d'un brevet, avec à la clé une situation de monopole et un renchérissement des prix. PS et Verts ont en outre mis en garde contre les incertitudes liées à l'évolution de la science, en vain.Les débats se poursuivent. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.