Christophe Keckeis rompt une lance en faveur de l'arme au foyer

BERNE - Pas question de retirer l'arme militaire du domicile des soldats, estime Christophe Keckeis. Pour le chef de l'armée suisse, qui prendra sa retraite à la fin de l'année, l'arme est le symbole de la confiance que le monde politique fait au soldat et au peuple."Les gens qui ont des armes militaires sont instruits sur ce qu'ils doivent en faire", explique Christophe Keckeis dans une interview au "Matin dimanche" et au "SonntagsBlick". Pour le commandant de corps, le risque qu'un être humain dysfonctionne est "infiniment petit".L'armée ne doit ainsi pas devenir le "bouc émissaire" de problèmes préoccupants, comme le suicide des jeunes, selon le chef de l'armée. "Un soldat sans arme, ce n'est plus un soldat. On ne va pas devenir un Etat rigolo qui délègue sa défense à des sociétés privées", s'insurge Christophe Keckeis. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.