Collégialité au Conseil fédéral: Leuenberger mise sur les compromis

BERNE - La marge de manoeuvre des conseillers fédéraux dans la campagne électorale est clairement limitée, estime Moritz Leuenberger. Sinon, le collège ne pourra plus agir, avertit le président de la Confédération qui mise sur la collégialité et les compromis."Seul un large compromis politique permettra par exemple d'assainir l'AVS", a déclarée M. Leuenberger dans la "SonntagsZeitung". "Cela pourrait signifier aussi bien une discussion sur l'âge de la retraite que sur de nouvelles recettes", a-t-il ajouté.Avec cette déclaration, le conseiller fédéral socialiste égratigne un tabou de son parti. Celui-ci a jusqu'à présent férocement combattu un relèvement de l'âge de la retraite. Pour réunir des majorités et gagner des référendums, le Conseil fédéral doit parler d'une voix, selon M. Leuenberger."Cela peut aller jusqu'à prendre des positions contre son propre parti. Les conseillers fédéraux bourgeois pourraient y être contraints dans la question des recettes et les représentants socialistes avec celle de l'âge de la retraite", ajoute le ministre des transports. Il dirige le comité du gouvernement qui se penche sur l'assainissement des assurances sociales."En faisant campagne contre le collège, tout se bloquera", insiste M. Leuenberger. Comme membre du gouvernement, il ne participe pas aux stratégies électorales de son parti, qui avait notamment laissé entendre qu'il ne réélirait pas Christoph Blocher au Conseil fédéral.Moritz Leuenberger précise qu'il n'est justement pas un membre de la base, mais conseiller fédéral socialiste. "Je ne mène donc pas de campagne électorale contre un membre du gouvernement", déclare-t-il. Les élections sont ce qu'elles sont. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.