Concert néonazi de Gamsen/VS: 18 organisateurs arrêtés

SION - La police valaisanne a interpellé 18 personnes ayant joué un rôle dans l'organisation d'un concert néonazi clandestin à Gamsen (VS) le 17 septembre dernier. Agés de 20 à 30 ans, ils sont tous dénoncés au juge pour discrimination raciale. Les éléments recueillis lors de la manifestation illicite ont permis de poursuivre l'enquête. Plusieurs perquisitions ont été effectuées et du matérial a été saisi. Deux des individus ont été placés en détention préventive, a communiqué mardi la police. Les organisateurs sont Haut-Valaisans à l'exception de deux Bas-Valaisans, un Zurichois, un Argovien, un Vaudois et un Bâlois. La police a également enquêté sur les membres des cinq orchestres étrangers qui se sont produits. Les informations fournies à la police fédérale pourrait déboucher sur des interdictions d'entrée sur sol helvétique, précise le communiqué. L'enquête menée en Valais pourrait se poursuivre dans d'autres cantons. La manifestation avait réuni quelque 400 extrémistes de droite provenant de Suisse et de pays limitrophes. Sur place lors de la manifestation, la police avait contrôlé l'identité d'une soixantaine de personnes et procédé à des contrôles sur les routes et à la douane de Gondo. Selon le chef de la police valaisanne Bernard Geiger, le temps et les effectifs ont manqué pour tenter de dissoudre la manifestation illégale. Pour le chef du Département fédéral de justice et police Christoph Blocher, le concert a été permis en Valais parce qu'on a cru qu'il ne ferai pas de grabuge. La police valaisanne n'a cependant pas coopéré avec les organisateurs, comme ceux-ci l'avaient laissé entendre. La police a au contraire averti les organisateurs que le concert était illégal et qu'ils s'exposaient à des conséquences pénales. Suite à la manifestation, une pétition a été lancée dans le Haut-Valais qui demande une tolérance zéro à l'encontre des néonazis. Les pétitionnaires estiment que le milieu néonazi est en plaine expansion dans le Haut-Valais alors que la police est trop souvent passive. Lancée au début octobre, la pétition a réunis plusieurs milliers de signatures. Elle sera remise samedi au gouvernement à l'endroit où a eu lieu le concert néonazi. La projection d'un film contre le nazisme, suivi d'un concert, est prévu à cette occasion. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.