Confédération: Annemarie Huber-Hotz ne sera plus chancelière

BERNE - La chancelière de la Confédération Annemarie Huber-Hotz jettera l'éponge à la fin de l'année. La radicale de 58 ans a décidé de ne pas briguer de troisième mandat lors du renouvellement du Conseil fédéral par le Parlement le 12 décembre.La chancelière, qui travaille depuis plus de 30 ans pour l'administration, a estimé que le temps de céder sa place était venu, a indiqué Hansruedi Moser, chef de l'information à la Chancellerie. Après avoir pris sa décision conjointement avec sa famille les dernières semaines, elle en a fait part par écrit à la présidente du Conseil national Christine Egerszegi ainsi qu'au Conseil fédéral .La nouvelle, inattendue, n'a fait l'objet que d'un bref communiqué et d'une courte déclaration du porte-parole du Conseil fédéral. La principale intéressée n'a pas souhaité se déplacer devant les médias, contrairement à l'usage qui prévaut pour les conseillers fédéraux.Mme Huber-Hotz, qui n'a pas encore de projets concrets pour l'année prochaine, a annoncé rapidement sa décision afin que le Parlement et les partis puissent se préparer à sa succession, a précisé M. Moser. La radicale, alors secrétaire générale de l'Assemblée fédérale, a été élue le 15 décembre 1999, devenant la première femme de l'histoire à diriger la Chancellerie.Elle a succédé à un autre radical, le Valaisan François Couchepin. Le PS et le PDC n'avaient alors pas réussi à ravir ce poste avec leurs candidats respectifs, la vice-chancelière Hanna Muralt Müller et le vice-chancelier Achille Casanova.Sa démission va aiguiser les appétits. Depuis 2003, plusieurs observateurs ont évoqué son départ pour permettre une nouvelle répartition des sièges entre partis, après l'éviction de la démocrate-chrétienne Ruth Metzler du Conseil fédéral au profit de l'UDC Christoph Blocher. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.