Conseil fédéral: Leuenberger ne veut pas plus de transparence

BERNE - Le nouveau président de la Confédération Moritz Leuenberger ne veut pas plus de transparence pour les séances du Conseil fédéral. Il veut pouvoir s'y rendre, y poser des questions et peut-être aussi changer d'avis, dit-il pour justifier sa position. Moritz Leuenberger accepte sans problème l'exigence que les conseillers fédéraux dévoilent leur position sur un dossier avant les séances du gouvernement, a-t-il expliqué samedi à la radio alémanique DRS. Mais ce qui se passe durant la séance elle-même ne doit à son avis pas être révélé au public. Le conseiller fédéral socialiste refuse aussi que le rapport des voix lors des séances soit publié. Très souvent, il n'y a pas de vote, mais un consensus se met en place au cours de la discussion, a-t-il ajouté. Le rapport des voix n'est en outre qu'un aspect du traitement des dossiers. Sur certaines questions, il y a deux solutions et il est alors nécessaire de réunir d'autres arguments avant de prendre une décision, selon Moritz Leuenberger. Le président de la Confédération pour 2006 s'est également refusé avec véhémence de parler d'une crise gouvernementale. C'est "excessif" à ses yeux. Il se souvient qu'il y a cinq ou huit ans, les conseillers fédéraux "se déchiraient" déjà lors des discussions. Au Conseil fédéral, il y a actuellement une discussion de fond sur les tâches de l'Etat et sur les moyens dont il a besoin pour les remplir. Les débats à ce sujet sont très vifs et ils doivent l'être, a relevé Moritz Leuenberger. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.