Crédits à la formation: Leuthard veut davantage que ses collègues

BERNE - Doris Leuthard aimerait que l'augmentation du crédit à la formation, la recherche et l'innovation (FRI) dépasse les 4,5% projetés par le Conseil fédéral. A l'instar du PDC, son parti, la conseillère fédérale souhaite voir appliquée une hausse de 6%.Une telle augmentation ne coûterait que quatre milliards de francs supplémentaires entre 2008 et 2011, a-t-elle déclaré dans un entretien publié par la "Neue Luzerner Zeitung". Par ailleurs, la conseillère fédérale a réitéré devant l'assemblée des jeunes démocrates-chrétiens réunie à Bâle, son rejet de l'initiative COSA, qui aspire à attribuer une partie des bénéfices de la Banque nationale à l'AVS. Le vote aura lieu le 24 septembre.La hausse du crédit à la formation, prévue par l'exécutif, ne suffira pas, estime dans la "NLZ" Mme Leuthard, à la tête du département de l'économie (DFE) depuis un mois.Le développement des Hautes écoles spécialisées (HES) coûte cher, a-t-elle justifié. La formation professionnelle nécessite plus de moyens pour lutter contre le chômage des jeunes. Selon elle, le mécontentement exprimé par les cantons, qui exigent une hausse de 8%, est justifié.Si l'augmentation de 4,5% décidée par le Conseil fédéral a toutefois le mérite de ne pas mettre en péril la formation en Suisse, la répartition des moyens n'a pas été suffisament discutée, indique encore Mme Leuthard.Une des questions est de savoir si chacune des hautes écoles et des universités doit permettre d'accéder à toutes les filières. Pour financer les HES, la Confédération et les cantons disposent d'instruments de contrôle, a-t-elle encore relevé. Ils n'existent pas encore pour les universités. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.