Eboulement au col du Susten et situation critique à l'Eiger

MEIEN UR - Les éboulements et chutes de pierre se multiplient en Suisse, notamment au col du Susten. La situation devient aussi critique sur le flanc est de l'Eiger: le promontoire rocheux instable s'affaisse de plus en plus vite et pourrait se détacher bientôt.Selon le géologue responsable Hansrudolf Keusen, la masse rocheuse de deux millions de mètres cubes, soit l'équivalent de 2000 maisons, pourrait s'effondrer prochainement sur la partie inférieure du glacier de Grindelwald (BE). Depuis jeudi, les mouvements de la roche ont passé de 66 cm à environ 92 cm par jour, a-t-il indiqué vendredi. Elle s'enfonce de plus en plus.La faille elle s'est agrandie de 5 mètres. Le géologue rencontrera lundi les autorités afin de définir la procédure à suivre en cas de gros éboulement.Au col du Susten, la route, fermée durant la nuit en raison d'un éboulement de 120 mètres cubes de pierres, devait être rouverte vendredi vers 20 heures. Un gros morceau de roche de 5 mètres, trop gros pour être transporté, a dû être dynamité. Personne n'a été blessé et aucun véhicule touché.Les chutes de pierre semblent être de plus en plus fréquentes en Suisse. En juin déjà, des roches avaient déboulé sur l'autoroute à Gurtnellen (UR). Les années précédentes, de tels incidents ont eu lieu à maintes reprises.L'attention s'était tout particulièrement focalisée sur les montagnes durant l'été de la canicule de 2003: un éboulement s'était produit au Cervin et un pan de rocher avait détruit une galerie de la route du Grand-St-Bernard, près de Sembrancher (VS).L'augmentation des chutes de pierre n'a jusqu'ici pas été prouvée statistiquement, a déclaré Hans Rudolf Keusen lors de l'émission "Rendez-vous" de la radio alémanique. Il estime néanmoins que le nombre de ces incidents va augmenter avec le réchauffement climatique.Le glacier et le permafrost fondent en raison de la hausse des températures. A Grindelwald, le glacier, lorsqu'il était plus grand, soutenait la paroi qui maintenant s'effrite.Pour la période 2004-2005, 84 glaciers sur les 91 observés en Suisse ont reculé alors que la langue glaciaire de sept autres n'a pas bougé. Le repli le plus important a été enregistré au Triftgletscher (BE): -216 mètres.Selon M. Keuzen, les infrastructures les plus menacées sont les installations touristiques, les trains et les routes de montagnes. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.