Etrangers criminels: l'UDC accepte de lancer une initiative

Les délégués de l'UDC ont accepté à l'unanimité de lancer une initiative populaire visant à expulser de Suisse tout étranger qui commettrait un délit. La récolte des signatures devrait débuter mi-juillet, trois mois avant les élections fédérales.Selon le texte de l'initiative, déjà approuvé par la Chancellerie fédérale, un étranger condamné pour meurtre, viol, brigandage, trafic de drogue, effraction, traite d'êtres humains ou abus des prestations sociales est privé de son titre de séjour et expulsé de Suisse. L'interdiction de revenir va de 5 à 15 ans.Pour Caspar Baader, chef du groupe parlementaire UDC, les vertus de cette initiative sont de faire baisser la criminalité étrangère, consolider les oeuvres sociales en réduisant les abus et permettre aux étrangers "corrects" et qui souhaitent s'intégrer de ne plus être amalgamés aux "brebis galeuses". Elle induirait également une pratique de renvoi "rigoureuse et uniforme".Il faut fixer des limites et remettre de l'ordre: ceux qui vivent chez nous doivent respecter nos règles, a-t-elle scandé. Pour éviter que des étrangers récemment naturalisés ne puissent pas être expulsés, "il faut que nous ayons la possibilité de revenir sur une décision de naturalisation", a dit la conseillère nationale st-galloise Jasmin Hutter.Christoph Blocher a tenu à préciser qu'en tant que conseiller fédéral il ne pouvait prendre position sur cette initiative. Mais selon lui, il est clair qu'un étranger qui vit en Suisse doit respecter les règles du pays et, que s'il ne le fait pas, il doit le quitter. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.