Formation: USAM et USS opposées aux velléités d'économies

BERNE - Une fois n'est pas coutume, l'USS et l'USAM sont montées au créneau pour dénoncer les velléités de la Confédération d'économiser dans la formation professionnelle. Selon elles, un tel désengagement comporte des risques.Actuellement de 16,5%, la part fédérale doit passer à 25% d'ici 2008 selon la nouvelle loi sur la formation professionnelle. Or le Conseil fédéral songe à réduire sa participation dans ce secteur, dans la foulée de sa décision d'augmenter de 4,5% les crédits 2008-2011 pour la formation, la recherche et l'innovation (FRI).Les cantons, qui prônent une hausse de 8% de l'enveloppe FRI, ont obtenu jeudi à Berne le soutien de l'Union syndicale suisse (USS) et de l'Union suisse des arts et métiers (USAM). Un tel désengagement "aurait des conséquences dévastatrices, car les cantons ne seront jamais en mesure de compenser pleinement les pertes enregistrées", a prédit le directeur de l'USAM et conseiller national Pierre Triponez (PRD/BE) devant les médias.Le président de l'USS et conseiller national Paul Rechsteiner (PS/SG) a enfoncé le clou, soulignant que les coûts de la formation professionnelle ne représentent pas uniquement des dépenses, mais sont aussi des investissements.Sans compter l'atteinte portée à la crédibilité de l'Etat central. "Outre la réforme de la formation professionnelle, c'est la confiance des cantons en la Confédération qui pâtit de la réduction des contributions annoncée", a insisté le conseiller d'Etat lucernois Anton Schwingruber. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.