Grippe aviaire: Bruxelles évalue le cas la situation en Suisse

BERNE/BRUXELLES - La Suisse a informé la Commission européenne de la découverte d'un cas de grippe aviaire à Genève. Jusqu'ici, Bruxelles a toujours stoppé rapidement les importations de volailles et de produits de volailles en provenance des pays tiers touchés.Ce matin, aucune décision n'avait encore été prise. "La situation sera évaluée avec les autorités suisses", a indiqué le porte-parole de la Commission Philip Todd. Il n'a pas exclu une décision dans le courant de la journée.Avec l'accord Suisse-UE sur l'agriculture, la Suisse est considérée comme un pays membre dans le commerce des animaux vivants, comme un pays tiers dans le commerce de viande.Par ailleurs, aucun nouveau cas de grippe aviaire n'a été décelé en Suisse depuis dimanche. L'Office vétérinaire fédéral (OVF) a analysé onze autres cadavres d'oiseaux et tous ce sont révélés négatifs, a indiqué son porte-parole Marcel Falk.Cela porte désormais à 118 le nombre d'oiseaux analysés. M. Falk s'attend toutefois à ce que prochainement un deuxième volatile atteint du virus H5 soit découvert, après le harle bièvre retrouvé mort mercredi dernier dans la rade de Genève et annoncé dimanche après-midi.Une vingtaine d'oiseaux morts sont découverts chaque jour, a précisé M. Falk. Des échantillons sont prélevés par les vétérinaires cantonaux qui les envoient à un laboratoire de Zurich pour analyse. Il faut ensuite patienter deux jours pour savoir si l'animal est porteur du virus de la grippe aviaire.L'OVF écrira cette semaine à tous les producteurs de volaille pour leur rappeler les règles d'hygiène élémentaires à prendre pour éviter toute propagation de la maladie. Tout ce qui entre dans les lieux de production, aussi bien les visiteurs que le fourrage ou l'eau, doit être surveillé et contrôlé, a expliqué M. Falk.Aucune mesure de confinement n'est en revanche prévue pour les chats. Car même si la transmission du virus de l'oiseau au chat a été prouvée en laboratoire, le risque est presque nul dans la nature. Les chats ne mangent en règle générale pas les animaux déjà morts et il est possible de les empêcher de chasser en les munissant d'une petite clochette, a dit M. Falk. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.