Hooliganisme dans les stades: vers un durcissement de ton

BERNE - A l'instar des autres pays, les actes de violence dans et autour des stades de football ont lieu tous les week-ends, estime Thomas Helbling, spécialiste de la sécurité de la Ligue suisse de football. En vue de l'Eurofoot 2008, le ton va toutefois durcir. Souvent très jeunes, les hooligans profitent de l'anonymat que leur confère un match, estime M. Helbling dans une interview parue jeudi dans "24 heures". Les supporters de Young Boys qui se sont montrés violents dimanche dernier à Zurich seront par exemple interdits de stade dans toute la Suisse. Cette sanction, qui existe depuis plusieurs années, va être poussée plus loin. Seront notamment punis la possession de fumigènes, de banderoles racistes, les dégâts matériels ou les actes de violence à l'égard des responsables de la sécurité. Le plus gros souci est de faire respecter l'interdiction de stade, avoue M. Helbling: "Avec la loi actuelle sur la protection des données, aucun échange de noms ou de photos n'est possible. Le but de cette loi est perverti car elle empêche d'identifier des criminels". La banque de données prévue pour l'Eurofoot 2008 est toutefois un premier pas, "un outil pour des contrôles efficaces à l'entrée", selon le spécialiste de la sécurité. Un autre moyen est de nommer un responsable des supporters de chaque club: depuis cette année, la Ligue suisse de football dispose de 100 000 francs pour former ces responsables. Le niveau de la violence était moins important en Suisse que dans d'autres pays, estime M. Helbling. "Mais aujourd'hui, la dure réalité nous a rattrapés". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.