La nouvelle conseillère fédérale Doris Leuthard prône le dialogue

BERNE - La nouvelle conseillère fédérale Doris Leuthard est convaincue des vertus du dialogue et de la concordance. Elle n'entend pas pour autant se cantonner aux dossiers relevant du département qui lui sera attribué vendredi, a-t-elle dit devant les médias.L'Argovienne a plaidé en faveur du dialogue et de solutions pour le bien commun du pays. "Je suis prête à m'engager dans ce sens", a-t-elle déclaré en acceptant son élection. Elle a également assuré ses anciens collègues parlementaires qu'elle continuerait de miser sur les échanges. "J'ai besoin de votre soutien, mais aussi d'une critique constructive."Et de souligner qu'elle changeait de fonction "mais pas de bord". Dans un discours à la tribune mêlant les quatre langues nationales, Mme Leuthard a toutefois noté qu'il fallait parfois renoncer à son opinion personnelle.Interrogée lors de la traditionnelle conférence de presse convoquée après le scrutin, la désormais ex-conseillère nationale n'a pas révélé sa préférence en vue de la répartition des départements. Mais elle compte assumer ses responsabilités pour des décisions allant au-delà de son dicastère, a-t-elle précisé. Elle n'a pas non plus l'intention de faire cavalier seul: "je prendrai volontiers conseil auprès des personnes qui ont de l'expérience."En la choisissant, l'Assemblée fédérale a opté pour la jeune génération et les femmes, s'est félicitée Doris Leuthard. L'emploi, la formation, la famille, telles sont les priorités selon elle pour une "meilleure Suisse". "Un engagement fort est nécessaire pour créer des perspectives", en particulier pour les jeunes qui peinent à trouver leur place dans le marché du travail.Revenant sur le déroulement de son élection, Mme Leuthard a affirmé ne pas avoir été étonnée de son score plutôt moyen. "Il était prévisible que je ne ferais pas le plein des voix, des réserves s'étant exprimées dans chaque groupe parlementaire". Une façon également de ne pas trop faciliter son chemin, a-t-elle analysé.Le fait que le PDC ait présenté une candidature unique, une option qui a suscité des critiques, a joué un rôle par ailleurs. Etant donné qu'elle était la seule à s'être lancée dans la course, l'Argovienne estime néanmoins qu'il n'y a pas lieu de reprocher à son groupe d'avoir choisi cette stratégie.Markus Zemp reprendra la place de Doris Leuthard au Conseil national. Melchior Ehrler, ex-directeur de l'Union suisse des paysans et premier des viennent-ensuite du PDC argovien lors des élections fédérales de 2003, a renoncé. Il venait de passer huit ans à la Chambre du peuple. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.