La politique agricole 2011 plombe le niveau de vie, selon Blocher

BERN - Le principe de collégialité est à nouveau mis à mal par Christophe Blocher. Le ministre de la justice voit d'un mauvais oeil la politique agricole du Conseil fédéral. Elle aura un effet sur le niveau de vie des paysans, a-t-il dit au "Tages-Anzeiger".Le conseiller fédéral se distancie en particulier d'un projet d'accord de libre échange de produits agricoles avec l'Union européenne. Il aurait de lourdes conséquences pour les paysans, estime M. Blocher. Une ouverture du marché baisserait non seulement les prix, mais aussi les salaires et la qualité des produits."C'est possible de produire à moindre prix. Mais dans ce cas, le standard de vie va baisser en conséquence", a déclaré le ministre UDC. C'est comme lors du vote sur l'espace économique européen: il faut savoir si l'on veut rester ou non un pays avec un standard de qualité élevé.Le conseiller fédéral rejette le principe du "Cassis-de-Dijon", jurisprudence européenne qui oblige un Etat à accepter les marchandises d'autres pays qu'il produit lui-même. Selon lui, les consommateurs ne sont pas prêts à accepter la perte de qualité qui en découle.La semaine passée, le Conseil fédéral a présenté son projet de politique agricole 2011. Il prévoit de transformer les subventions en paiements directs, de réduire l'enveloppe dévolue aux paysans et de diminuer les subventions à l'exportation.M. Blocher est resté vague quant à ses intentions à la suite du retrait annoncé de Joseph Deiss, le chef du département de l'économie: "La décision sur un changement de département se prendra lors de la session du Conseil fédéral du 16 juin". Pour l'instant, l'attention du tribun zurichois va aux questions économiques importantes de son propre département, a-t-il commenté. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.