Large soutien pour l'abrogation de la Lex Koller

BERNE - Le projet d'abrogation de la Lex Koller qui limite l'achat d'immeubles par des étrangers fait l'unanimité, sauf chez les écologistes. Mais les mesures d'accompagnement en matière d'aménagement du territoire proposées par Berne suscitent un tollé.Le Conseil fédéral ne juge plus nécessaire d'avoir une loi sur l'acquisition d'immeubles par des personnes à l'étranger. Son abrogation s'accompagne d'une révision de la loi sur l'aménagement du territoire (LAT) pour éviter une hausse incontrôlée des résidences secondaires en zone touristique. Ces projets parallèles étaient en consultation jusqu'à aujourd'hui.La LAT révisée obligerait les cantons à désigner, dans leurs plans directeurs, les communes et les régions pour lesquelles une réglementation particulière s'impose afin de maintenir une proportion "convenable" de résidences principales et secondaires. Les cantons disposeraient de trois ans pour adapter leurs plans.Cette solution ne dicte pas aux cantons et aux communes comment résoudre chaque problème dans chaque cas particulier, estime le Conseil fédéral. Mais les cantons ne l'entendent pas de cette oreille.Les gouvernements valaisan, grison et uranais, qui soutiennent l'abrogation de la Lex Koller jugée discriminatoire, estiment que la LAT porte atteinte à leur autonomie. Une telle révision accorderait une "mainmise à la Confédération dans un domaine de compétence cantonale", souligne le Conseil d'Etat valaisan.Même topo chez les milieux concernés (immobilier, propriétaires, hôtellerie): ils soutiennent unanimement l'abrogation de la Lex Koller. Ils en soulignent les bienfaits économiques mais dénoncent aussi la révision de la LAT.Pro Natura estime que la proportion actuelle de résidences secondaires déjà élevée porte atteinte au paysage. Elle rejette donc le projet du Conseil fédéral et demande des contingents négociables entre cantons.Les Verts s'opposent aussi à ce projet. Ils s'inquiètent des "conséquences catastrophiques sur l'environnement dans les régions touristiques".PS, PRD, UDC, PDC et Libéraux saluent tous l'abrogation de la Lex Koller jugée disriminatoire. Les quatre partis de droite rejettent aussi la révision de la LAT.Les socialistes s'y opposent également, mais parce qu'ils jugent les mesures d'accompagnement préconisées trop modestes pour freiner le boom actuel des constructions. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.