Le fédéralisme est mal connu du public, selon la Fondation ch

BERNE - La collaboration entre les cantons et la Confédération s'est nettement améliorée en 2006, constate la Fondation ch dans son 2e rapport sur le fédéralisme. Les qualités du système fédéral restent toutefois largement méconnues.Aux yeux d'une grande majorité de la population, la diversité fédérale est "manifestement un fardeau insupportable, un fouillis cantonal", écrit la Fondation pour la collaboration confédérale (ch). Ce sentiment est surtout prononcé pour des thèmes tels que la politique des chiens ou la protection des non-fumeurs.Plusieurs grands dossiers liés au fédéralisme restent obscurs pour le grand public. Ainsi en va-t-il de la nouvelle péréquation financière qui a pourtant été l'occasion de réformer en profondeur le fédéralisme, note la Fondation ch. La concurrence fiscale entre les cantons, le financement du système de santé ou la réorganisation de la formation ne sont pas non plus toujours bien compris.Réuni mercredi à Interlaken (BE), le Conseil de fondation de ch a décidé de mieux communiquer les atouts du fédéralisme en le présentant comme un modèle "permettant des solutions constructives qui se développent de bas en haut". Les projets en cours, comme la "Maison des cantons" ou la "Coordination matérielle" doivent oeuvrer en ce sens.Depuis 2005, la Fondation ch analyse dans quelle direction évolue le fédéralisme et s'il est nécessaire d'agir. Elle se base sur les médias, les sciences et la recherche, les projets de la Confédération mis en consultation, les projets de loi débattus au Parlement et les interventions parlementaires.Au niveau parlementaire, le bilan est jugé globalement positif. La majorité des dossiers ont évolué en conformité avec le fédéralisme. Le cas échéant, les tendances à la centralisation étaient voulues par les cantons "à l'exception majeure du recensement de la population 2010, dossier dans lequel le Conseil fédéral a complètement ignoré les revendications cantonales", écrit la fondation.Si le fédéralisme tient une place importante dans les médias, il est plus rarement thématisé dans les interventions parlementaires. "On constate dans les deux Chambres une tendance à privilégier les solutions fédérales aux solutions décentralisées", analyse-t-elle. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.