Le gouvernement renonce à un fonds d'urgence contre les bouchons

BERNE - Après l'échec d'Avanti, le Conseil fédéral a revu son concept de financement des mesures visant à désengorger le trafic. Il a renoncé à un fonds d'urgence. Mais 10,8 milliards devraient être libérés en 2008 pour les agglomérations et les autoroutes. Dans son message au Parlement, le gouvernement propose désormais de n'utiliser qu'un seul fonds aussi bien pour les projets urgents que pour ceux à plus ou moins long terme, a indiqué le ministre des transports Moritz Leuenberger devant la presse. Ce fonds d'infrastructure servira à financer le trafic d'agglomération ainsi que le réseau autoroutier. Il profitera aux centres urbains mais une aide financière est également prévue pour les régions périphériques. Présentant le concept comme un compromis, Moritz Leuenberger a appelé les Chambres fédérales à ne pas rompre, sous l'influence des différents milieux concernés, l'équilibre trouvé au risque de bloquer complètement la situation. Opérationnel dès 2008 pour une période de 20 ans prolongeable de cinq ans au maximum, le fonds sera alimenté par les recettes à affectation obligatoire provenant de l'impôt sur les huiles minérales et de la vignette autoroutière. En tout, le fonds, qui ne devra pas s'endetter, devrait disposer de 20 milliards de francs. Sur cette somme, 8,5 milliards serviront à achever le réseau autoroutier d'ici 2015 et 5,5 milliards à supprimer les goulets d'étranglement. Les six autres milliards seront utilisés pour moderniser les infrastructures de transport, aussi bien public que privé, des agglomérations. Vu que les cantons prendront en charge la moitié des coûts, 12 milliards devraient être disponibles en tout dans ce domaine. Dès l'instauration du fonds, le Parlement sera appelé à libérer 10,8 milliards de francs. De cette somme, 2,3 milliards iront aux projets de trafic d'agglomération urgents et prêts à être réalisés d'ici 2008, selon la liste élaborée par le Département fédéral des transports. Y figurent entre autres la ligne CEVA entre Genève et Annemasse (F) et le métro M2 entre Ouchy et Epalinges (VD). Les autres 8,5 milliards iront aux autoroutes. Le Conseil fédéral a par ailleurs tenu davantage compte des demandes des régions périphériques, dont les besoins devraient être couverts par des mesures indépendantes du fonds. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.