Le National pour la priorité à un idiome national

L'anglais ne doit pas être enseigné comme première langue étrangère à l'école. Contre l'avis des cantons, une majorité du Conseil national a accepté de donner la priorité à l'enseignement d'une langue nationale.Soutenu par l'UDC, pourtant opposée à cette loi, le camp rose-vert a réussi à imposer cette formulation, approuvée à l'époque de justesse par la commission préparatoire. Ils n'ont pas craint d'aller à l'encontre du compromis noué par les cantons, compétents en matière de scolarité obligatoire."Un signal clair doit être envoyé aux cantons, car c'est une erreur de croire que l'ordre des langues enseignées ne joue pas de rôle", a souligné Christian Levrat (PS/FR), qui a relancé le projet de loi sur les langues au Parlement. Et d'avertir: "donner la priorité à l'anglais plutôt qu'à une langue nationale conduirait un jour ou l'autre à la disparition de cette dernière du programme scolaire".Le PRD et une bonne partie du PDC auraient préféré prévoir que les jeunes doivent avoir des compétences dans deux langues, dont au moins une nationale, au terme de la scolarité obligatoire. Les cantons resteraient donc libres de choisir quel idiome doit être enseigné en premier.Cela permettrait de tenir compte de la solution trouvée par les cantons tout en prenant en considération l'internationalisation croissante de l'économie et du savoir, a fait valoir en vain la minorité.Les débats se poursuivent. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.