Le nombre de "working poor" diminue légèrement en Suisse

NEUCHÂTEL - Le nombre de "working poor" diminue en Suisse. La part de la population active qui travaille à plein temps mais n'arrive pas à subvenir à ses besoins est redescendue à 6,7 % l'an dernier, après avoir connu une augmentation en 2003, atteignant 7,4 %. Les taux de travailleurs pauvres sont en recul en ce début de 21e siècle, constate l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans sa nouvelle étude parue lundi. Variant entre 6,4 et 7,9 %, ils sont systématiquement plus bas que ceux de 8 à 9 % enregistrés durant les années 1996 à 2000, résultant de la période particulièrement défavorable sur la marché du travail qui a précédé, note l'OFS. Tout le monde n'est pas égal devant le risque d'être "working poor", observe l'OFS. Les familles monoparentales, les familles nombreuses, les personnes sans formation et les étrangers originaires de pays hors de l'Union européenne (UE) sont particulièrement exposés. Les travailleurs indépendants sans collaborateurs et les salariés qui ont un contrat à durée déterminée courent également un risque plus important de ne pas s'en sortir avec leur salaire. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.