Le père du LSD, Albert Hofmann, a 100 ans

BÂLE - Le chimiste suisse Albert Hofmann, qui a découvert par hasard le LSD il y plus de 60 ans, fête mercredi son centième anniversaire. Il n'imaginait pas que cette drogue aux effets hallucinogènes le ferait passer à la postérité comme "M. LSD". Né en 1906 à Baden (AG), Albert Hofmann a travaillé comme chercheur dans les laboratoires pharmaceutiques du groupe bâlois Sandoz de 1929 à 1971. Ses travaux ont aussi conduit à des médicaments à succès comme le Methergin, l'Hydergin ou le Dihydergot. Interrogé par l'ATS, le chimiste aujourd'hui installé à Leimental près de Bâle n'est toutefois pas surpris d'être entré dans l'histoire uniquement comme "M. LSD". C'est "tout de même un produit spécial" puisqu'il agit sur la conscience, qui nous distingue des animaux. Sous l'emprise du LSD, on voit, on entend et on sent différemment, de manière très intense, et ce dès une dose infirme, relève Albert Hofmann. Lui-même a fait le premier trip par hasard, le 16 avril 1943, en étudiant les alcaloïdes de l'ergot du seigle afin de créer un stimulant circulatoire et respiratoire. Cinq ans après avoir découvert un 25e composé, le diéthylamide de l'acide lysergique (LSD 25), Albert Hofmann en fait tomber par inadvertance une goutte sur la main. Il est alors troublé par d'étonnantes sensations: angoisse, vertiges, visions surnaturelles, objets se mouvant dans l'espace, sentiment de bonheur et de gratitude. Un nouveau test produit les mêmes effets trois jours après. A cette époque, Albert Hofmann n'imagine pas que sa découverte sera glorifiée par des millions de personnes, écrit-il dans son livre "LSD, mon enfant terrible". Pour lui, la substance sera utile en psychiatrie ou en neurologie. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.