Le syndicat UNIA dénonce le patron de Fiat pour dumping salarial

BLONAY - Le syndicat UNIA accuse l'administrateur délégué du groupe Fiat de dumping salarial pour avoir sous-payé des paysagistes italiens engagés pour sa propriété de Blonay (VD). M. Marchionne s'en défend estimant avoir entièrement respecté ses obligations.Ce dumping salarial a été découvert lors d'une visite de chantier. Selon le syndicat, les ouviers, une demi-douzaine de paysagistes engagés par une entreprise italienne, ont reçu environ sept francs de l'heure, soit environ un tiers des salaires minimaux. M. Marchionne se défend d'avoir été responsable du paiement des salaires aux travailleurs italiens.Dans un communiqué, l'avocat du dirigeant de Fiat Olivier Merkt précise que son client n'est pas tenu, selon la loi suisse, de s'assurer que les accords bilatéraux sont respectés, ceci étant de la seule responsabilité de la société fournissant les services.Après la visite de chantier, le syndicat et la commission paritaire ont demandé au patron de Fiat et à l'employeur des paysagistes de régulariser la situation. "A leur demande, on leur a acordé un délai de paiement jusqu'au 31 juillet. Mais rien n'est venu", explique Aldo Ferrari, secrétaire syndical.Les ouvriers italiens sont rentrés dans la région de Côme sans avoir été payés correctement. "Sergio Marchionne a ainsi économisé environ 30'000 francs", a dénoncé le syndicat UNIA dans un communiqué. Le Service de l'emploi du canton de Vaud a été informé de la situation.La commission paritaire a écrit à l'employeur des lésés de lui fournir le décompte des heures de travail et les fiches de salaires des ouvriers concernés. En cas d'infraction, cette entreprise italienne risque une amende, voire, dans les cas graves, une interdiction de travailler sur le territoire suisse."Lors de ces visites, on constate des infractions dans 90% des cas", constate Aldo Ferrari, qui réclame un renforcement de ces contrôles. Récemment, Berne a proposé de faire passer de 80 à 153 le nombre d'inspecteurs du travail en Suisse. Le dernier mot reviendra aux cantons qui doivent financer ces postes pour moitié. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.