Le Tamiflu coûte très cher, mais Monsieur Prix renonce à intervenir

BERNE - Le Tamiflu coûte très cher en Suisse, d'après le Surveillant des prix. Rudolf Strahm renonce toutefois à intervenir vu que l'obtention privée de ce médicament contre la grippe n'est pas souhaitée. Des mesures seront prises en cas d'épidémie. Le Surveillant des prix a ouvert une enquête préalable le 18 octobre sur le prix du Tamiflu. Après avoir consulté le producteur du médicament Roche, la Société suisse des pharmaciens ainsi que les offices fédéraux concernés, et effectué des comparaisons avec l'étranger, il a conclu que le Tamiflu coûte beaucoup plus cher en Suisse que dans les pays européens de référence. Le prix de fabrique (prix de livraison sans la TVA et les frais de distribution) est beaucoup plus élevé que dans ces pays. De plus, la marge pratiquée par le pharmacien est nettement supérieure à ce qui ce passerait si le médicament appartenait aux catégories A et B remboursées par l'assurance maladie. Le prix pourrait alors baisser de 86,50 francs à 72 francs. Monsieur Prix considère néanmoins qu'une intervention de sa part n'est pas justifiée pour l'instant. En effet, toutes les autorités compétentes en matière de politique de la santé s'accordent à dire que l'obtention privée de Tamiflu à titre de réserves personnelles n'est ni nécessaire, ni souhaitée. Pour qu'une quantité adéquate de Tamiflu soit disponible en vue de la grippe saisonnière à venir, Roche a d'ailleurs momentanément limité la livraison afin d'éviter des ventes non nécessaires. Des conditions spéciales sont en outre appliquées généralement pour les hôpitaux. Pour ce qui est des réserves actuelles de ces établissements en vue du traitement de cas soupçonnés de grippe aviaire et de la protection du personnel, le géant pharmaceutique a déclaré être prêt à reporter dès maintenant le délai de paiement. Les hôpitaux paieront pour ces livraisons un prix de pandémie, qui reste encore à fixer mais qui sera nettement inférieur au prix actuel. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.