Les armes de service tuent 300 personnes par année

BERNE - Les armes de service tuent près de 300 personnes chaque année en Suisse. Une étude dirigée par le criminologue lausannois, Martin Killias, met en lumière le rôle central de ces dernières dans les drames familiaux et les suicides en Suisse."Ces chiffres dépassent largement mes prévisions", a déclaré M. Killias dans un entretien publié samedi dans la "Berner Zeitung". Deux tiers des suicides sont exécutés avec des armes d'ordonnance, qui n'interviennent que pour un tiers dans les drames familiaux. Là, les armes privées sont davantage utilisées (près d'une fois sur deux).Les armes illégales ne sont pas écartées de cette étude. Les chercheurs démontrent qu'elles sont plus souvent utilisées dans les tueries se déroulant dans des espaces publics, a expliqué Martin Killias. Il faut en outre savoir que les armes d'ordonnance n'apparaissent pas que dans les homicides; elles servent aussi d'instruments de menace.Comme première mesure de lutte, le criminologue propose que l'armée cesse de distribuer des munitions de poche. "Ne plus demander aux soldats d'emporter leurs munitions à domicile permettrait de réduire les abus commis ainsi que les drames familiaux".Il considère qu'il est également nécessaire de limiter massivement la vente de munitions et de n'autoriser celle-ci que sous certaines conditions. M. Killias est convaincu que, contrairement au Parlement, le peuple se rangerait de son côté en cas de votation populaire. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.