Les HES brandissent la menace du numerus clausus

BERNE - Les Hautes écoles spécialisées brandissent la menace d'un numerus clausus si l'augmentation des crédits pour la formation reste de 4,5%, comme le propose le Conseil fédéral. Cela ne suffit pas pour le président du conseil des HES Rainer Huber.Aujourd'hui déjà, la Confédération ne remplit pas ses obligations, a indiqué M. Huber, par ailleurs ministre argovien de l'éducation, dans une interview pulbiée samedi dans la "MittellandZeitung". Selon lui, non seulement certaines filières seraient menacées de numerus clausus, mais les taxes augmenteront pour les étudiants.Et il y aura moins d'accès possible pour des masters, précise le président du conseil des HES. Selon lui, économiser dans la formation et la recherche aura des conséquences catastrophiques, notamment pour des projets porteurs d'avenir comme les nanotechnologies, dont certains pourraient être retardés, voire supprimés.Les directeurs cantonaux de l'éducation ont fait valoir leurs arguments auprès des conseillers fédéraux Pascal Couchepin et Joseph Deiss. Leur réaction a été consternante, selon M. Huber. "Nos arguments ont été repoussés d'un revers de main, d'une manière que l'on peut qualifier d'incompétente", affirme le conseiller d'Etat.Selon les directeurs cantonaux de l'éducation, la hausse annuelle des crédit pour la recherche et la formation devrait atteindre 8 % au moins. Comme le PRD, le PDC et le PS, ils espèrent que le Parlement revoie la copie du Conseil fédéral lors de la session d'automne. /ATS
Partager
Link

Galerie photos liée

21.03.2009
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.