Liban: éventuel rôle suisse dans la FINUL: Blocher met en garde

BERNE - Christoph Blocher appelle à la prudence dans le débat sur une éventuelle participation de la Suisse à la force de paix de l'ONU au Liban, évoquée par le DFAE. Il y a le danger que des soldats suisses soient entraînés dans le conflit, selon lui.Tant qu'il ne sera pas clair qu'Israël et le Hezbollah se sont totalement retirés du secteur du conflit, la Suisse ne pourra certainement pas participer à la force internationale, a affirmé M. Blocher dans une interview publiée par la "SonntagsZeitung".Le ministre de la justice souligne que la loi ne prévoit pas n'importe quel engagement de l'armée. Des éclaircissements sont en cours au sujet d'un rôle de l'armée suisse au Liban, a-t-il précisé.La Suisse participe aux discussions aux Nations unies sur une force de l'ONU renforcée pour le Liban-Sud. Un rôle de la Suisse, y compris avec du personnel militaire, n'a pas été exclu jeudi par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), qui examine "différentes formes de soutien" avec le Département fédéral de la défense (DDPS).Les services de Micheline Calmy-Rey ont toutefois souligné que la Suisse concentrerait ses efforts sur l'aide humanitaire en faveur de la population civile. Et une éventuelle participation de soldats helvétiques à la force internationale dépendra du type de mandat onusien.Côté suisse, la question est de savoir si le mandat contiendra des activités de maintien ou d'imposition de la paix, ce dernier scénario étant exclu par la loi suisse.Les partis gouvernementaux, à l'exception du PRD, se sont déjà montrés sceptiques à l'égard d'un éventuel envoi de casques bleus suisses au Liban. La force de l'ONU aura certainement à recourir à des actions d'imposition de la paix, a ainsi affirmé le PDC.Même son de cloche à l'UDC. Le président Ueli Maurer a jugé que les conditions d'une participation militaire suisse n'étaient pas remplies. "La situation peut à nouveau exploser", a-t-il dit à l'ATS jeudi.Le président du PS Hans-Jürg Fehr a jugé lui aussi qu'un rôle militaire de la Suisse serait prématuré au Liban. Il a préconisé en revanche un renforcement de l'aide humanitaire. Il a appelé le Conseil fédéral à donner mercredi son feu vert à une nouvelle enveloppe, plus généreuse, en faveur du Liban. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.