Liban: le CICR inquiet du manque de respect du droit humanitaire

GENèVE - Le CICR s'est déclaré "très inquiet" du grand nombre de victimes civiles au Liban, à la suite du bombardement de Cana. L'organisation s'inquiète également du "manque de respect pour le droit humanitaire international dont font preuve les parties en conflit".Faisant directement référence à ce bombardement mené dimanche par l'armée israélienne, qui a tué plus de 50 civils, le CICR (Comité international de la Croix-Rouge) déplore "l'escalade continuelle des hostilités" au Liban.Il réitère ses appels aux belligérants à établir constamment une distinction entre les cibles militaires et les zones civiles et à prendre "toutes les précautions nécessaires pour épargner les civils"."Avertir à l'avance la population civile de l'imminence d'attaques ne dispense en aucune manière un belligérant de son obligation de respecter les règles et les principes du droit humanitaire international", souligne le Comité. "En particulier, les principes de distinction et de proportionnalité doivent être respectés à tout moment", ajoute l'organisation.Le premier ministre israélien Ehud Olmert a affirmé que le village de Cana servait de "refuge" au Hezbollah et que "tous les habitants ont été prévenus et invités à partir" avant le raid aérien israélien. Le CICR est le gardien des Conventions de Genève de 1949, qui font notamment obligation de préserver les populations civiles et de bien traiter les prisonniers en temps de guerre. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.