L'impôt sur le tabac ne rapporte plus autant qu'avant

BERNE - La hausse de 50 centimes de l'impôt en 2004 sur le tabac a beaucoup moins rapporté que prévu. La tendance en 2005 est même à la baisse des recettes. La contrebande reste toutefois relativement limitée, selon les statistiques des douanes.L'évolution en matière d'impôt sur le tabac nous cause quelques soucis, a déclaré le directeur général des douanes Rudolf Dietrich. Après des année de hausses, la tendance s'est inversée. "Nous avons été trop optimistes" en budgétant une augmentation de 100 millions de francs.De 2004 à 2005, la Confédération n'a engrangé que 10 millions de plus pour un total de 2,05 milliards. De plus, à la fin 2005, les fabricants de cigarettes avaient en stock des marchandises non vendues mais pour lesquelles 100 millions de francs d'impôts ont déjà été versés. Il faudrait donc dire que les recettes ont reculé de 100 millions, selon M. Dietrich.Les douanes ne disposent pas "d'explications scientifiques" pour expliquer le phénomène mais seulement d'hypothèses. Les cigarettes suisses étant devenues plus chères qu'en Italie, qu'en Autriche et temporairement qu'en Allemagne, les ventes ont diminué dans les régions frontalières. Les touristes étrangers n'achètent plus de cigarettes en Suisse, si elles sont plus chères que dans leur pays.Les douanes suisses ont en outre constaté une recrudescence des importations légales (chaque Suisse peut importer 200 cigarettes par jour) et illégales. La contrebande est restée limitée. Les autorités douanières étrangères ont toutefois mis la main sur trois envois apparemment destinés à la Suisse et contenant 13 millions de cigarettes au total.Les ventes ont par ailleurs augmenté sur Internet. Enfin les ventes de tabacs à rouler sont à la hausse. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.