Manifestation nationale sur les salaires: les CFF pointés du doigt

BERNE - Avant de rejoindre la grande manifestation nationale pour les salaires, près de 7000 personnes, selon les organisateurs, ont protesté contre les CFF samedi à Berne. Elles dénonçaient la résiliation de la Convention collective de travail (CCT) des chemins de fer.A l'initiative du Syndicat du personnel des transports (SEV), les manifestants ont exprimé leur mécontentement à coups de sifflets. On pouvait notamment lire sur des banderoles ces avertissements: "CFF: Touche à nos salaires et c'est la guerre!" ou "Imagine 833'000 passagers et aucun train qui circule!".En résiliant la CCT pour la fin de l'année, les CFF détériorent les conditions de travail de leurs employés, selon les syndicalistes. L'ex-régie fédérale prévoit notamment de prolonger le temps de travail, de réduire les primes et d'augmenter la flexibilité.Devant la foule, le président du SEV Pierre-Alain Gentil s'est réjoui du "signal fort" lancé samedi aux CFF "qui ne pourront pas l'ignorer". Un bon service public est le fruit du travail de tous les collaborateurs. Sans CCT, le système fonctionnera plus. "Et nous sommes prêts à le démontrer si nécessaire", a-t-il averti.Le SEV exige une CCT qui soit au moins équivalente à celle dénoncée. "Ceci n'est pas exagéré au vu de la situation économique générale et aux CFF", a ajouté le vice-président du SEV François Gatabin. Le syndicat demande aussi une hausse des salaires de l'ordre de 4%.Si les CFF détériorent les conditions de travail, cela aura des répercussions dans les autres entreprises de transports publics. "Comme les CFF jouissent d'un quasi-monopole en Suisse, ils servent de modèle pour la branche", a dit la vice-présidente du SEV Barbara Spalinger.La manifestation du SEV s'est déroulée avant celle organisée par l'USS sur les salaires. Près de 20'000 personnes y sont attendues pour demander une hausse des salaires de "4% pour tout le monde, mais plus pour les femmes". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.