Petit garçon tué par trois pitbulls à Oberglatt (ZH)

OBERGLATT ZH - Un garçon de six ans a été tué par trois pitbulls à Oberglatt, dans l'agglomération zurichoise. Les chiens ont réussi à échapper au contrôle de leur maître. Le garçonnet a été attaqué vers 08h45 alors qu'il se rendait seul au jardin d'enfants. Il a été si grièvement blessé qu'il est décédé sur place. Au moment de l'attaque, le garçonnet d'origine turque se trouvait en bordure d'une forêt à proximité de l'école. Les chiens ont réussi à s'échapper de l'appartement dans lequel se trouvait leur propriétaire. Cet Italien de 41 ans domicilié dans le canton était en visite chez une amie. La police ne sait pas encore pourquoi les chiens ont attaqué l'enfant. Les chiens ont été euthanasiés. Leur propriétaire et son amie ont été arrêtés. Un accompagnement psychologique a été organisé pour la mère du garçonnet, ses camarades de l'école enfantine et sa maîtresse. C'est le premier cas mortel en Suisse depuis la médiatisation de cette problématique au début de la décennie. En novembre 2000, une femme de 33 ans a été indirectement la victime d'un doberman à Zurich. Effrayée par le chien, elle s'est jetée dans la Limmat et s'est noyée. Mais en Suisse, quelque 13 000 personnes sont mordues par un chien chaque année. Les enfants courent un risque deux fois plus élevé de se faire mordre que les adultes. Ils sont aussi plus souvent blessés à la tête, alors que les adultes se font plutôt mordre aux extrémités. Une série d'accidents a déclenché en 2000 le débat sur les chiens potentiellement dangereux. Le port obligatoire de la puce électronique dès 2006 pour tous les chiens devrait faciliter l'identification des animaux et les enquêtes sur les accidents. Parallèlement, les chiens seront enregistrés dans une banque de données qui doit aussi recenser les accidents et les comportements déviants. A l'heure actuelle, un quart des chiens suisses sont déjà porteurs d'une puce électronique. Ce moyen d'identification est déjà obligatoire dans cinq cantons (VD, GE, VS, JU, BL). En revanche, l'Office vétérinaire fédéral (OVF) a renoncé à d'autres mesures plus sévères, comme une liste de chiens dangereux, le port obligatoire de la muselière pour ces races, des interdictions de races ou l'obligation d'avoir des permis pour les chiens potentiellement dangereux. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.