Plurilinguisme suisse: Helvetia Latina tire la sonnette d'alarme

BERNE - Le plurilinguisme est mis à mal dans l'administration fédérale. Helvetia Latina s'inquiète de la détérioration constante de la situation. Elle exige un plus grand respect des directives et une mise en oeuvre rapide de la loi sur les langues.L'administration fédérale tend à s'isoler des latins, a déploré le président de l'organisation et conseiller national Claude Ruey (PLS/VD). Le bilan pour 2006, tiré lors d'une conférence de presse à Berne, est "inquiétant".La déception est grande pour ce qui est de la mise en oeuvre des instructions du Conseil fédéral sur la promotion du plurilinguisme parmi les employés de la Confédération. Ces directives sont appliquées avec une "mollesse déplorable et même coupable", s'est insurgé M. Ruey.L'observatoire des langues mis en place par Helvetia Latina constate le manque d'indicateurs fiables et transparents pour mesurer le plurilinguisme effectif dans l'administration. Pour corriger le tir, la vice-présidente de l'organisation Thérèse Meyer (PDC/FR) va exiger une correction des méthodes statistiques sur la représentation des différentes cultures dans l'administration, par le biais d'une motion, a-t-elle annoncé.Le plurilinguisme a un prix; or, à l'heure des économies financières, on le sacrifie, s'est inquiété le secrétaire général d'Helvetia Latina Rolet Loretan. Le Département fédéral de justice et police a ainsi supprimé le poste de délégué à la promotion du plurilinguisme en mai dernier.L'Office fédéral de la santé publique, déjà très germanophone, va également rayer 2,2 postes dans les services linguistiques francophones. Et l'organisation créée sous l'impulsion de l'ancien conseiller fédéral Jean-Pascal Delamuraz de citer divers autres exemples.Helvetia Latina compte beaucoup sur la loi sur les langues, repêchée par le National alors que le gouvernement voulait l'enterrer. "Il n'est pas concevable qu'un pays plurilingue et pluriculturel comme la Suisse, qui s'enorgueillit de ses particularités, brade ainsi l'atout que représente le plurilinguisme", a affirmé Claude Ruey.La loi devrait être examinée par la Chambre du peuple mercredi de la semaine prochaine. Mais comme il s'agit du dernier jour de la session d'hiver, le risque d'un report des discussions au mois de mars est réel. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.