Téléphonie mobile: plus de 86% des Suisses possèdent un portable

Plus de 86% des Suisses de plus de 16 ans possèdent au moins un téléphone mobile, selon un sondage de gfs.bern. Ses effets sur la santé préoccupent une majorité de plus en plus faible d'entre eux et son utilisation par les enfants est perçue de façon contradictoire."L'utilisation généralisée du téléphone mobile en Suisse s'est imposée d'elle-même et à une vitesse phénoménale", a souligné Claude Longchamp, directeur de l'institut de recherche qui a mené l'enquête pour le Forum de la communication mobile, organisme faîtier des trois grands opérateurs helvétiques. Cela s'explique par une large acceptation et le côté indispensable de l'objet dans la société d'aujourd'hui, selon lui.Si 55% des 1213 personnes interrogées pensent que la téléphonie mobile présente des risques pour la santé (66% selon le dernier sondage de gfs.bern en 2004), son utilité l'emporte sur les risques aux yeux 79% des Suisses. Même les gens les plus critiques, dont la majorité n'ont pas de portable et ont plus de 65 ans, penchent à 66% d'entre eux dans ce sens pragmatique.Le chapitre réservé à l'utilisation du téléphone mobile par les enfants révèle des contradictions dans la perception de ce sujet par les Helvètes. Un enfant possède aujourd'hui son propre portable dès l'âge de 13 ans et demi en moyenne, selon le sondage. Et pourtant, 59% des personnes interrogées estiment insensée la détention de l'objet par les jeunes de moins de 16 ans.Pour 87% des sondés, un enfant est plus facilement joignable par ses parents, s'il possède un téléphone portable. Ils sont toutefois 93% à considérer que les enfants téléphonent trop souvent avec leur appareil. La téléphonie mobile confronte en outre les jeunes de moins de 16 ans trop tôt à la violence et la pornographie, selon 84% des personnes. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.