Vague de chaleur en Suisse: production de légumes menacée

BERNE - La production maraîchère est sérieusement menacée par la vague de chaleur persistante. Et certains agriculteurs n'ont plus beaucoup de fourrage pour leurs animaux même si la situation n'est pas encore alarmante."Tous les légumes souffrent terriblement de la chaleur. De plus, l'irrigation constante des cultures ne suffit plus", déplore Régine Duta, porte-parole de l'Union maraîchère suisse (UMS). Certains producteurs n'hésitent pas à comparer la situation actuelle à celle vécue en 2003.Les conséquences au niveau des prix ne sont pas encore connues mais risquent d'être importantes, le marché étranger étant dans la même situation. Selon une première estimation de l'UMS, les côuts de production ont doublé voir triplé.Du côté des agriculteurs, "la situation ne peut pas encore être considérée comme grave", a déclaré lundi à l'ATS Sandra Helfenstein, porte-parole de l'Union Suisse des Paysans (USP). En fait, seules certaines régions de Suisse comme les Grisons, le Tessin ou le Jura commencent à manquer d'eau.Cette sécheresse aura des conséquences sur la deuxième récolte des foins. Les paysans pourraient ainsi manquer de fourrage pour les bêtes. "Dans les Grisons, cela fait quatre ans que les agriculteurs ne peuvent pas faire de réserve", a indiqué Werner Spicher, du service des cultures de l'Office fédéral de l'Agriculture (OFAG).Dans cette optique, une décision exceptionnelle concernant l'importation de fourrages grossiers est probable. "La situation dans les pays voisins est également critique, ce qui a provoqué une une hausse des prix des fourrages", a expliqué M. Spicher.Afin que les paysans suisses puissent alors importer des fourrages étrangers à des prix corrects, une baisse des taux de douanes les concernant pourrait être appliquée. "Si l'OFAG prend cette décision, elle tombera au début août", a précisé Werner Spicher.En cas de sécheresse persistante, un manque de fourrage généralisé pourrait être constaté. Les paysans devraient faire face à une augmentation des coûts de production, dus notamment à l'irrigation des cultures. Une mauvaise récolte de certains céréales comme le maïs est également à craindre."La vigne aime la chaleur et y résiste très bien", a indiqué Georges Emery, président de la Fédération suisse des Vignerons. Dès lors, la cuvée 2006 sera certainement de très bonne qualité. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.