Vendanges romandes: vers un très bon millésime 2006

SION - La vendange qui s'achève ces jours en Suisse romande comporte la promesse d'un millésime 2006 très honorable. Les rendements sont en revanche inférieurs àceux de l'an dernier, sauf en Valais.Les ultimes récoltes de Chasselas, Pinot noir et Gamay ont pris le chemin des pressoirs durant le week-end, ont indiqué les responsables de la viticulture des cantons du Valais, Vaud, Genève et Neuchâtel. Seules les spécialités à maturation lente (Gamaret, Garanoir, Sauvignon) sont encore sur les ceps.L'indice de satisfaction en regard de la vendange 2006 est le plus élevé en Valais. Dans ce canton, la récolte devrait déboucher sur de très bons millésimes 2006, a déclaré Michel Pont, collaborateur de l'office valaisan de la viticulture. La vendange 2006 pourrait ainsi donner quelque 45 millions de litres de vin comme en 2004, ce que M. Pont qualifie de récolte "normale".Dans le canton de Vaud, les rendements pour la région du Lavaux sont inférieurs de 20% aux prévisions, et de 10% à 15% pour la région de La Côte, a indiqué Gilles Cornut, président de la Communauté interprofessionnelle des vins vaudois.A Genève, les quantités récoltées sont comparables à celles de 2005, a indiqué Alexandre de Montmollin, responsable de la station viticole cantonale. Selon lui, le volume vendangé en 2006 reste inférieur à la moyenne des dernières années.Environ quatre millions de kilos de raisin ont été récoltés dans le vignoble neuchâtelois, a indiqué de son côté Eric Beuret, chef du service cantonal de la viticulture. Il s'agit du rendement le plus faible enregistré depuis 1997.S'agissant de la qualité, la récolte 2006 porte l'empreinte d'un début d'été très chaud, suivi d'un mois d'août pluvieux. En outre, l'apparition de la pourriture, consécutive aux pluies de fin septembre, a contraint les viticulteurs neuchâtelois, vaudois et genevois à procéder à des tris sévères sur les grappes.En Valais, le régime de foehn soutenu a brisé l'expansion des foyers de pourriture. Selon Michel Pont, les conditions de vendanges ont été "parfaites" en raison de l'alternance de nuits froides et de journées chaudes.A Genève aussi, un mois de septembre chaud, ponctué de précipitations orageuses, a renforcé le risque de pourriture. Les viticulteurs sont cependant "satisfaits" de la qualité, obtenue au prix de beaucoup d'effort et de travail. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.