Accepter l'initiative pourrait perturber les relations avec l'UE

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann n'exclut pas des tensions avec l'Union Européenne si l'initiative de l'UDC est acceptée le 28 novembre. Selon lui, l'expulsion automatique de criminels étrangers, sans prise en compte du cas individuel, est problématique.L'initiative est en contradiction avec la libre circulation des personnes, c'est pourquoi nous ne pouvons pas exclure des problèmes avec Bruxelles, explique M. Schneider-Amman dans une interview parue jeudi dans la "Berner Zeitung". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.