Succession Hainard: le conseiller d'Etat en disgrâce s'explique

Son départ du Conseil d'Etat neuchâtelois laisse Frédéric Hainard "serein" mais "amer". Une amertume que le politicien libéral-radical a expliquée à un panel de médias dimanche soir via des interviews dans lesquelles il affirme vouloir la récusation de la commission d'enquête parlementaire (CEP).L'ex-président de cette commission Patrick Erard, candidat de la gauche à la succession de M. Hainard, "savait qu'il devait me lyncher (via la CEP) pour pouvoir prendre ma place", a tonné le démissionnaire lors de l'émission "Mise au Point" de la TSR. Avec cette candidature, M. Erard court néanmoins "le risque que je dépose dans les heures qui suivent une demande de récusation" visant la CEP, a-t-il précisé sur Canal Alpha. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.