Carla Del Ponte critiquée par son ancienne porte-parole

Carla Del Ponte n'avait pas la moindre preuve pour étayer un éventuel trafic d'organes prélevés sur des prisonniers aux mains des rebelles kosovars, affirme son ex-porte-parole. En parler dans son livre est "irresponsable" et "indigne", dénonce-t-elle.Dans un livre paru au début du mois en italien, l'ancienne procureure du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) révèle avoir enquêté en 2003 sur des allégations de trafic d'organes prélevés sur des prisonniers aux mains de l'Armée de libération du Kosovo (UCK). /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.