Excuses faites à la Libye obligées pour libérer les deux suisses

Hans-Rudolf Merz a défendu l'accord signé à Tripoli pour clore l'affaire Kadhafi. "Il n'y avait pas d'autre choix", a-t-il fait valoir. Il s'est dit sûr que les deux Suisses retenus en Libye seraient libérés la semaine prochaine. "Je perds la face s'ils ne rentrent pas avant le 1er septembre", a-t-il affirmé.Après avoir retracé les différentes étapes de l'affaire et des préparatifs pour la résoudre, le président de la Confédération a indiqué avoir pris la décision d'agir car il a constaté il y a un mois que la situation était "bloquée". Interrogé sur la question des excuses présentées à Tripoli, M. Merz a souligné que ses déclarations étaient nécessaires pour sortir de l'impasse. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.