Réactions contrastées aux mesures d'économie du Gouvernement jurassien

Les réactions sont contrastées, au lendemain de l’annonce du catalogue de mesures d’économie du Gouvernement jurassien. Ce catalogue s’égrène en cinquante et un points, il touche presque tous les domaines d’activités de l’Etat et doit permettre de dégager des économies de vingt millions de francs.
 
Appréciation globalement positive dans l'administration

Dominique Hubleur, le président de l’association du personnel de la République et canton du Jura, réagit globalement positivement aux mesures proposées par le Gouvernement jurassien dans la fonction publique: Sur le fond, l’association n’est pas opposée aux mesures. Sur la forme, elle est satisfaite de la manière de faire du Gouvernement, car il y a eu concertation. Maintenant dans le détail, la baisse de salaire linéaire prévue dans la fonction publique dérange un peu le président de l’association, qui aurait préféré qu’on enlève plus aux grands salaires et moins aux petits.
Du côté de la police aussi, notre interlocuteur estime dommage que les quelques avantages financiers des agents disparaissent, pour beaucoup de désavantages professionnels.
 Du côté du personnel enseignant enfin, Dominique Hubleur estime que l’on peut discuter sur les deux heures d’allègements dès 50 ans qui sont remis en cause par le Gouvernement, mais qu’il faudrait au moins garder les acquis pour les enseignants qui ont déjà plus de 50 ans. La mesure provoquera également des suppressions de postes, selon Dominique Hubleur.
En résumé, ce n’est pas la guerre  entre syndicats et Gouvernement, les bases sont là pour aller de l’avant en discutant. La coordination des syndicats se réunira d’ailleurs jeudi pour parler des mesures d’économies.

Des réactions plus mitigées dans le social et la santé

Une des mesures d'économie prévoit le plafonnement de l’enveloppe financière accordée à l’Hôpital du Jura  à cinquante millions de francs par an. Le directeur de l’établissement Laurent Christe, est d’accord pour l’effort, mais il plaide pour davantage de marge de manœuvre: "Si on a des moyens limités, il faut qu’on ait une marge de manooeuvre pour agir en fonction. Le gros problème, c’est que la planification hospitalière dépend du Parlement jurassien."

Du côté de la Fondation d’aide et de soins à domicile, qui verra sa contribution réduite d’un demi million de francs, la réaction était prudente. Le directeur de la Fondation n’a découvert cette mesure que ce matin. Il estime que des éléments doivent être discutés avec le Gouvernement, qui est le mandataire. /lb

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.