Les « fake news » ça ne date pas d'aujourd'hui

1918

Les « fake news » sont au cœur de nombreux débats et pourtant elles ne datent pas d'aujourd'hui.  

Le Nouveau Musée Bienne, dans le cadre de l’exposition « Guerre et Paix » qui traite de la Première Guerre mondiale, organise une table ronde le 31 mai.

C’est en effet durant ce conflit qu’un phénomène de « fake news » de grande ampleur a été constaté pour la première fois.  Des bureaux de propagandes ont été développés en tant qu’instrument de guerre aux moyens impressionnants, dans le but de faire basculer l’opinion publique, notamment en Suisse.

Si les bureaux de propagandes sont nés officiellement durant la Première Guerre mondiale, les « fake news » existent depuis la nuit des temps, comme nous l’explique l’un des intervenants invité pour la table ronde,  le docteur en histoire à l’Université de Grenoble, Alexandre Elsig.

Un célèbre adage dit que « Quand une guerre éclate, la première victime est toujours la vérité ». Des propos qui ont été confirmés à plusieurs reprises au cours du 20ème siècle.

En 2018, à l’heure ou le phénomène des « fake news » est sur toutes les lèvres, peut-on enfin différencier le faux du vrai sur les informations qui ont été transmises durant la Première Guerre mondiale ? On retrouve Alexandre Elsig.


Actualisé le