Mais qui veut encore devenir maître ramoneur ?

Le métier de maître ramoneur est en perte de vitesse dans la région. Les jeunes qui terminent leur apprentissage sont de moins en moins motivés à poursuivre leur spécialisation et obtenir la maîtrise fédérale. Constat tiré par Raymond Brin, maître ramoneur de Moutier depuis bientôt 30 ans. Il profitera du Salon de la formation qui a lieu cette semaine pour vanter les mérites de son métier. Pour en savoir plus sur la profession de maître ramoneur, la Matinale l’a suivi dans ses activités à Champoz :

Raymond Brin (à droite avec le chapeau) et son équipe Raymond Brin (à droite avec le chapeau) et son équipe

Maître ramoneur, une passion qui se transmet depuis quatre générations…

Raymond Brin a repris les activités de son père, de son grand-père et de son arrière-père il y a près de 30 ans dans la région de Moutier. Les activités de ramonage n’ont cessé d’évoluer ces dernières années :

Belle journée

Maude et Alexandre, Maîtres animateurs

20.03.2012 - 07:42
Actualisé le 21.03.2012 - 09:58