Le maître de l'épée

Edoardo Mangiarotti Edoardo Mangiarotti

Que ce soit avec une épée ou un fleuret, il ne faisait pas bon d’affronter en duel l’Italien Edoardo Mangiarotti dans les années 50.

C’est tout simplement le plus grand escrimeur de tous les temps, pour ne pas dire le plus grand sportif quand on regarde son palmarès. Edoardo Mangiarotti c’est au final six médailles d’or olympiques et quatorze médailles d’or aux championnats du monde.

Edoardo Mangiarotti voit le jour en 1919 à Renate en Lombardie, il est issu d’une grande famille d’escrimeur et son père Giuseppe est lui-même maître d’arme, vainqueur à dix-sept reprises du championnat d’Italie à l’épée. Il a prévu de faire de son fils un grand champion en lui imposant un entraînement drastique, il pousse même Edoardo, alors droitier naturel,  à devenir gaucher sur les pistes d’escrime. Un avantage puisque les gauchers sont des adversaires tactiquement compliqués à tirer pour les autres escrimeurs.

À 11 ans, il devient champion d’Italie dans la catégorie junior et à 16 ans, il rejoint déjà les adultes lors des championnats du monde 1935, mais il ne fera pas de résultats.

C’est l’année suivante qu’il monte en puissance en remportant, en 1936, sa première médaille d’or aux J.O. de Berlin dans l’épreuve d’épée par équipe.

Sa première distinction individuelle, il l’obtient en 1938 aux championnats du monde avec la médaille d’argent.

C’est à partir de 1952, et des J.O. d’Helsinki, qu’Edoardo Mangiarotti montre définitivement qu’il est parti pour entrer dans l’histoire. Il remporte la médaille d’or sans perdre le moindre match, tandis que son  grand frère Dario monte sur la deuxième marche de podium.

L’escrime est une histoire de famille chez les Mangiarotti, d’ailleurs durant l’année 52, les deux frangins remporteront six médailles. Un exploit qui n’a jamais été égalé par une autre fratrie, tous sports confondus.

Edoardo obtient encore le bronze aux J.O. de 1956 dans une série qui se terminera après minuit à cause de nombreux exæquos…. et surtout pour sa dernière compétition internationale en 1960, alors âgé de 41 ans, il remporte l’or par équipe à l’épée et l’argent, par équipe toujours, au fleuret.

 


Actualisé le