L'UBS ne va pas poursuivre Marcel Ospel, insiste Kaspar Villiger

Le président de l'UBS Kaspar Villiger défend une nouvelle fois dans la presse alémanique le versement de bonus élevés à ses cadres. Il en va de la capacité de la grande banque à conserver ses meilleurs éléments, pour éviter de les voir partir chez les concurrents."Si nous ne payons pas de bonus, nous pouvons fermer demain", a résumé l'ancien conseiller fédéral dans une interview parue dans le "Blick". "Nous avions réellement peur d'un exode massif", a-t-il renchéri dans les colonnes de la "Neue Zürcher Zeitung" du même jour. /ATS


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus