Dans les dossiers : un « sentiment d’insécurité grandissant » pour les juifs de Bienne

La cité seelandaise accueille cette année la semaine nationale d’action contre le racisme. L’occasion pour la communauté juive de Bienne de se livrer sur le climat actuel marqué par l’antisémitisme

Philippe Reich Philippe Reich est le caissier de la communauté juive de Bienne.

Bienne n’échappe pas à la montée de l’antisémitisme. C’est une des thématiques qui est abordée cette semaine à l’occasion de la semaine nationale d’action contre le racisme, organisée par la Ville.

Philippe Reich était l’invité de La Matinale ce mercredi. Il œuvre au sein de la communauté juive de Bienne, qui compte 50 membres.

Depuis le début de la guerre entre le Hamas et Israël le 7 octobre, les actes antisémites se multiplient dans le monde. Récemment, un jeune a attaqué un Juif orthodoxe à Zurich. La situation est donc particulièrement tendue pour les juifs, y compris à Bienne. « Pour certains de nos membres, il y a un sentiment d’insécurité grandissant, constate Philippe Reich. Ces attaques réveillent malheureusement de mauvais souvenirs ».

Car la cité seelandaise aussi a été le théâtre de racisme envers les juifs, bien que le phénomène soit moins marqué que dans les plus grandes villes. En novembre dernier, la synagogue avait été recouverte de graffitis antisémites.

Philippe Reich : « Des membres de notre communauté ont reçu des menaces de mort »

Une persécution qui remonte à l’époque biblique

Bien qu’elle ait été par moment plus prononcée, la haine envers les juifs a toujours existé, relève Philippe Reich : « On peut remonter dans la Bible au temps d’Abraham, qui a été persécuté en Egypte, où il est né ».

Dans le contexte de la guerre entre le Hamas et Israël, la CICAD, l’organe qui lutte contre l’antisémitisme et la diffamation, réclame des mesures de protection concrètes. A Bienne, la communauté juive bénéficie de mesures de sécurité passives autour de la synagogue. Elle dispose également d’un service de sécurité interne lors de manifestations. « Nous avons aussi la chance de profiter d’un soutien politique », reconnaît Philippe Reich. Le maire de Bienne Erich Fehr a lui-même condamné les actes antisémites sur son compte X.

« La prévention passe surtout par le dialogue »

La semaine nationale d’action contre le racisme se tient encore jusqu’au 23 mars. La Ville de Bienne organise divers événements pour sensibiliser la population à cette problématique. /ddc


Actualisé le