Décès du réalisateur de « Dans la chaleur de la nuit » Norman Jewison

Le réalisateur Norman Jewison, notamment connu pour ses films 'Dans la chaleur de la nuit' ...
Décès du réalisateur de « Dans la chaleur de la nuit » Norman Jewison

Décès du réalisateur de

Photo: KEYSTONE/AP/Chris Pizzello

Le réalisateur Norman Jewison, notamment connu pour ses films 'Dans la chaleur de la nuit' et 'Jésus-Christ Superstar', est mort ce week-end à l'âge de 97 ans. Il est 'décédé samedi paisiblement', a annoncé lundi son agent.

Des cérémonies en son honneur auront lieu 'ultérieurement à Los Angeles et à Toronto', a précisé son agent dans un communiqué.

Après des débuts à la télévision canadienne, M. Jewison s'est imposé au cours de sa carrière comme l'un des cinéastes les plus éclectiques d'Hollywood. Ses nombreux films lui ont notamment valu d'être nominé trois fois pour l'Oscar du meilleur réalisateur.

Cinéaste social

Satire politique pour 'Les Russes arrivent' (1966), film de braquage avec Steve McQueen dans 'L'Affaire Thomas Crown' (1968), comédie musicale avec 'Un Violon sur le toit' (1971), son oeuvre s'aventure dans des genres très divers. Mais aux Etats-Unis, son héritage reste surtout celui d'un cinéaste intéressé par la question sociale, grâce notamment à la marque laissée par 'Dans la chaleur de la nuit', qui a remporté cinq Oscars en 1967, dont celui du meilleur film.

Sous les atours d'un simple film policier, le cinéaste y aborde les tensions raciales américaines, fracture fondatrice des Etats-Unis. La légende Sidney Poitier, première vedette noire d'Hollywood, y incarne un policier de Philadelphie, qui se retrouve accusé de meurtre dans le Mississippi et doit mener l'enquête avec le shérif blanc local en composant avec le racisme des habitants.

'Les films qui traitent des droits civiques et de la justice sociale sont ceux qui me sont les plus chers', avait déclaré Norman Jewison, rappelle lundi le New York Times.

Un 'visionnaire'

Le centre canadien du film, institution de formation créée par Norman Jewison en 1988, a dit lundi pleurer un 'visionnaire' et une 'icône nationale', connu 'pour son engagement en faveur de la justice sociale'.

La ministre canadienne du patrimoine, Pascale St-Onge, a, elle, salué un cinéaste aux films 'uniques'. 'Que ce soit avec 'Dans la chaleur de la nuit', 'Le Violon sur le Toit' ou encore 'Eclair de Lune', ses films auront touché ses fans ici et ailleurs dans le monde'.

Sylvester Stallone dans 'F.I.S.T' (1978), Al Pacino dans 'Justice pour tous' (1979), Denzel Washington dans 'Hurricane Carter' (1999): au cours de sa longue carrière, Norman Jewison a dirigé les plus grands noms d'Hollywood.

Ses films ont récolté 46 nominations aux Oscars au total et ont été récompensés douze fois. Il a notamment permis à la chanteuse pop Cher de remporter l'Oscar de la meilleure actrice, pour sa romance avec Nicolas Cage dans 'Eclair de Lune' (1987).

'Merci pour l'une des plus grandes, des plus heureuses, des plus amusantes expériences de ma vie', a réagi lundi la chanteuse sur le réseau social X (ex-Twitter). 'Sans vous, je n'aurais pas mon bel homme en or'.

Harcelé à l'école

Né à Toronto en 1926, Norman Jewison est élevé par des parents protestants qui tiennent un commerce en dessous de leur appartement. Mais à cause de son nom, le jeune homme est harcelé à l'école par ses camarades qui le croient juif, selon le New York Times.

Il exprime très tôt un intérêt pour le cinéma et le théâtre, et, après avoir gagné ses premiers deniers comme chauffeur de taxi, trouve un emploi à la télévision canadienne CBC dans les années 1950.

Il y passera sept ans avant de s'aventurer dans l'univers de la télévision américaine, puis du cinéma. Son premier film en tant que réalisateur à Hollywood, 'Des ennuis à la pelle', remonte à 1962.

Compagnon de l'Ordre du Canada, la plus haute distinction de son pays d'origine, le cinéaste laisse derrière lui trois enfants et cinq petits-enfants.

/ATS
 

Actualités suivantes